62.La nuit en otage

Publié le 6 Avril 2016

Déchirons d’un geste maladroit
Les ombres de la nuit
Tissons les comme notre refuge
et gardons en son sein
Cette lumière née de notre résonance

Garde à celui qui ne nous prendra pas au sérieux
Nous avons domptés les monstres du placard
Et ceux sous nos lits nous craignent !

Rien ne saurait résister à nos rires
Que nous dressons
Comme autant de médailles
Envolons-nous encore une fois
Jusqu’à faire frémir le soleil lui-même !

Nous poursuivrons encore les jours suivants
Comme s’ils étaient les derniers
Dépêchons-nous !
Et si mes jambes tremblent
Aides-moi
Elles me porteront aussi loin qu’elles pourront !
Et si ce n’est pas pour toi
Alors pour qui ?

Tâchons de voir
Jusqu’où nos cicatrices
Peuvent nous mener

Allons jusqu’à la nuit prochaine
Déchirons les d’un geste maladroit
Ces ombres de la nuit
Tissons les comme notre refuge
et gardons en son sein
Cette lumière nait de notre résonance

Rédigé par Jérôme Beauruelle

Publié dans #poème, #jerome beauruelle

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
j'aime vraiment beaucoup
Répondre